• Patrimoine mondial 63: Nature spectaculaire

Patrimoine mondial 63: Nature spectaculaire

Prix : 7,50 €
Available

Comment évaluer la beauté naturelle d’un site ? Communément connu comme le “wow” effet, les sites inscrits sous le critère vii sont plus que de simple paysage, et nous examinerons de près leurs qualités et leurs défis en termes de conservation.

Les dix critères de la Liste du patrimoine mondial offrent un cadre à l’identification et à la quantification des sites culturels et naturels les plus exceptionnels de notre planète. Ces critères nous permettent également de déterminer si un site présente ou non une Valeur universelle exceptionnelle (l’élément fondamental de ce qui constitue notre patrimoine mondial).

Le critère (vii), qui identifie des sites représentant des « phénomènes naturels ou des aires d’une beauté naturelle et d’une importance esthétique exceptionnelles », se distingue des neuf autres par son caractère éphémère et subjectif. Il sert essentiellement à décrire ce que l’on appelle plus communément le facteur « ouah ! » : des sites dont la magnificence a le pouvoir de nous émerveiller et nous inspirer. Curieusement pour une notion si difficile à définir, le critère (vii) est celui que l’on retrouve le plus souvent cité parmi les sites naturels inscrits sur la Liste du patrimoine mondial.

Unavailable choice

Description

Dans ce numéro, nous tenterons de mieux comprendre en quoi consiste ce facteur « ouah ! » grâce à une passionnante analyse de James Thorsell qui nous confronte aux ambiguïtés du concept de beauté et de sa définition. Nous partirons également à la découverte d’une sélection de sites d’une beauté exceptionnelle : le mont Huangshan en Chine, le paysage désertique du Wadi Rum en Jordanie, les lacs de la vallée du Rift au Kenya et de Plitvice en Croatie, et assisterons à d’étonnants phénomènes biologiques tels que l’extraordinaire migration du papillon monarque (qui parcourt chaque année plusieurs milliers de kilomètres, en plusieurs générations, pour rejoindre le nord des États-Unis d’Amérique et le sud du Canada depuis le Mexique). Notre voyage nous permettra de mieux cerner les qualités esthétiques de ces sites et d’identifier leurs exceptionnelles caractéristiques biologiques. En l’honneur du 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial, nous nous pencherons également sur les origines de ce remarquable instrument et sur l’évolution des institutions chargées de sa mise en oeuvre. Dans le premier d’une série de trois articles sur l’histoire de la Convention, Francesco Francioni nous expliquera son développement, essentiellement d’un point de vue juridique, puis Christina Cameron nous dévoilera les différents mouvements de préservation du patrimoine culturel et naturel qui ont favorisé sa genèse. Nous bénéficierons aussi du point de vue personnel de ces deux auteurs grâce à leurs très riches expériences et connaissances de ce sujet.

Alors que nous célébrons le 40e anniversaire de la Convention et que nous découvrons de plus près, grâce à ce numéro, la beauté à couper le souffle des sites du patrimoine mondial, nous devons garder en mémoire non seulement leur splendeur mais également que c’est c’est un privilège et un devoir de les protéger.